Vous devez activer JavaScript dans votre navigateur pour naviguer sur ce site.
> > > interpellé à l'Assemblée pour l'agression d'une collaboratrice
0 résultats trouvés
    • Tapez un mot pour commencer à chercher.

    Jean-Michel Baylet interpellé à l'Assemblée pour l'agression d'une collaboratrice

    Révélé en octobre 2016 - Mise à jour le 15/03/2019

    Mars 2016 :  BuzzFeed News publie un article, au moment de la nomination de Jean-Michel Baylet au poste de Ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, dans lequel les journalistes affirment que le soir du 9 février 2002, après avoir violenté et séquestré Bernadette Bergon, son assistante parlementaire, Jean-Michel Baylet l'a contrainte de signer une lettre de démission avant de l'expulser de chez lui, entièrement nue.

    Octobre 2016 : Alors que les discussions des députés devaient porter sur un projet de loi de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne, soutenu par Jean-Michel Baylet, la députée écologiste Isabelle Attard va prendre la parole et glacer l'Assemblée :

    « M. le ministre, vous étiez encore sénateur du Tarn et Garonne quand votre collaboratrice parlementaire a porté plainte contre vous à la gendarmerie de Toulouse. Voici ce qu'elle a déclaré: elle était à votre domicile lorsque vous l'avez frappé au visage à plusieurs reprises M. Le ministre. Vous avez enfermé votre collaboratrice chez vous en pleine nuit entièrement dévêtue et pieds nus ».

    Isabelle Attard fait référence à l'article de BuzzFeed News. Cet article s'appuie sur plusieurs extraits de procès verbaux et s'étonne que lorsque l'affaire est évoquée par France Soir en 2006, Jean-Michel Baylet porte plainte contre le quotidien, non pas pour diffamation mais pour atteinte à la vie privée. Enfin Buzz Feed News évoque les détails d'un arrangement financier entre les deux parties pour éviter que l'affaire ne s'étale trop sur les terrains judiciaires et publics.

    Choquée par ce qu'elle a lu, Isabelle Attard ne peut s'empécher d'invectiver directement Jean-Michel Baylet le mardi 11 octobre 2016. Son micro sera coupé, ne l'empéchant pas de poursuivre son intervention et de conclure :

    « Vous connaissez le délai des trois mois pour les attaquer en diffamation. Vous avez choisi le silence face à ces informations qui dérangent. Aucun innocent n'aurait choisi de se taire. Par votre silence, vous reconnaissez être l'auteur de violences graves commises sur votre collaboratrice. Certes, vous ne serez jamais condamné, vous avez acheté le silence de votre victime ».

    La députée du Calvados ira même jusqu'à envoyer une lettre ouverte au Président François Hollande, en octobre 2016, accompagnée d'une pétition pour la démission de Jean-Michel Baylet signée par plus de 8000 personnes.

    Suite à cet épisode, Jean-Michel Baylet déposera une plainte pour diffamation à l'encontre d'Isabelle Attard, avant de la retirer avant qu'elle n'aboutisse. Mme Attard ne sera donc pas mise en examen, ce sur quoi elle réagira : "Je le regrette car cela aurait permis enfin à la justice de faire son travail, 16 ans après le dépôt de plainte pour agression déposée contre Monsieur Baylet par son ancienne collaboratrice"