Vous devez activer JavaScript dans votre navigateur pour naviguer sur ce site.
> > > dans l'affaire des sondages de l'Élysée
0 résultats trouvés
    • Tapez un mot pour commencer à chercher.
    En cours

    Nicolas Sarkozy dans l'affaire des sondages de l'Élysée

    Révélé en mai 2009 - Mise à jour le 28/01/2017

    2009 : La Cour des Comptes rend un rapport sur le budget de la Présidence de la République. On y découvre un soupçon de favoritisme à l'égard de la société de sondage Publifact, appartenant à Patrick Buisson. En effet, l'État aurait demandé sur le temps du mandat de Nicolas Sarkozy plus de 330 sondages pour un montant de 9,4 millions d'euros sans qu'aucun appel d'offres ne soit jamais déposé.

    Voyant que rien ne se passe, l'association anti-corruption Anticor signale les faits au Parquet, qui décide de ne rien faire. Michèle Alliot-Marie, alors Garde des Sceaux, affirme que l'enquête est inconstitutionnelle puisque le président bénéficie d'une immunité.

    Anticor se constitue partie civile, et la Cour de cassation définira alors que l'immunité présidentielle ne peut être étendue aux collaborateurs du président. 

    Six conseillers de Sarkozy sont donc mis en garde à vue. Au delà du favoritisme, le cabinet de Nicolas Sarkozy est également accusé d'avoir commandé des sondages qui ne concernent pas l'état (relation Bruni-Sarkory, ou sur la façon dont les français voient les autres partis et candidats). Ces informations seront clairement plus intéressantes pour briguer un second mandat que pour effectuer sa fonction.

    L'affaire est toujours en cours d'instruction.

    Cette casserole concerne une affaire en cours. Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans notre système judiciaire, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie. N’hésitez pas à nous signaler tout changement ou mise à jour de l’affaire via le formulaire de contact.