Vous devez activer JavaScript dans votre navigateur pour naviguer sur ce site.
> > > condamnée par les Prud'hommes pour des arriérés de salaire
0 résultats trouvés
    • Tapez un mot pour commencer à chercher.
    Condamné

    Ségolène Royal condamnée par les Prud'hommes pour des arriérés de salaire

    Révélé en avril 2008 - Mise à jour le 28/01/2017

    1997 : Après la dissolution de l'Assemblée nationale par Jacques Chirac, Ségolène Royal, alors Députée, procède au licenciement de ses 5 collaborateurs en les dispensant d'effectuer leurs préavis (un à deux mois durant lesquels ils continueront d'être rémunérés malgré la cessation de leur activité).

    Parmi eux, 3 de ses collaboratrices (dont Claude Fouchier et Évelyne Pathouot) continueront à travailler pour elle lors de la campagne des élections législatives de 1997, et embauchées en CDD par le mandataire financier de Ségolène Royal.

    Le contrat dure sur une période du 12 mai au 31 juillet 1997. Claude Fouchier et Évelyne Pathouot considèrent pour cette période, ne pas avoir été rémunérées. Contrairement à Ségolène Royal, qui considère qu'elles n'ont pas subi de perte de rémunération.

    S'ensuivra une bataille judiciaire qui durera plus de 10 ans.

    2008 : Le jugement de la cour d'appel de Rennes condamne Ségolène Royal au versement des salaires non payés.

    8 avril 2009 : La condamnation est validée définitivement par la Chambre sociale de la Cour de cassation.