Vous devez activer JavaScript dans votre navigateur pour naviguer sur ce site.
> > > force son parachutage sur la première circonscription de Charente-Maritime
0 résultats trouvés
    • Tapez un mot pour commencer à chercher.

    Ségolène Royal force son parachutage sur la première circonscription de Charente-Maritime

    Révélé en novembre 2012 - Mise à jour le 04/12/2016

    2012 : Lors des élections législatives dans la première circonscription de la Charente-Maritime, le Député et Maire socialiste de La Rochelle Maxime Bono renonce à se présenter, laissant une place vacante.

    Parité oblige, la première cirsconscription de Charente-Maritime est réservée à une canditature féminine. Ségolène Royal ainsi que deux conseillères municipales de La Rochelle avaient fait connaître leurs intentions de candidature. Elles auraient dû être départagées par un vote des militants au cours d'un vote préliminaire.

    Mais ce vote n'aura finalement pas lieu : les responsables du Parti Socialiste décident unanimement que l'ex-candidate à la présidentielle serait la seule candidate du parti dans la première circonscription de Charentes-Maritimes.

    Ségolène Royal échappe donc à une primaire, et la décision du parti est vivement contestée par les responsables locaux, dont Olivier Falorni qui décide de se présenter face à elle sans le soutien du Parti Socialiste, dénonçant un "parachutage de la honte" et un "déni de démocratie".

    Il sera exclu du Parti Socialiste pour son indiscipline mais remportera finalement la circonscription au second tour avec 62,97% des voix contre 37,03% pour Ségolène Royal.